L'encylopédie de l'univers d'Hegemony
 
HegemonyAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Carburants

Aller en bas 
AuteurMessage
Union
Admin
Union

Messages : 653
Date d'inscription : 29/09/2009

Carburants Empty
MessageSujet: Carburants   Carburants Icon_minitimeLun 7 Juin - 20:47

Les véhicule spatiaux sont capables de parcourir des années lumières en quelques heures grâce à des moteurs hautement technologiques mis au point en sept siècles de conquête spatiale par l'homme. Les moteurs qui sont actuellement les plus puissants sont les propulseurs à hyperespace avec des millions de chevaux, et nécessitent des carburants de grande pureté et valeur énergétique, tandis que les réacteurs ioniques primitifs peuvent se contenter de kérozène.


Carburants Jet_Fuel_Kerosene
Gazole, Essence et Kérozène


Le Gazole est un carburant dérivé du Fioul, donc du pétrole, utilisé par les moteurs diésels encore largement utilisé pour faire tourner de petites machines, et de façon générale dans les transports de mondes pauvres. De même, l'essence, à l'indice d'octane d'environ 99, utilise le pétrole, dont l'indice de référence est le Medium Crude of Christiansa (MCC), brut moyen-léger excellent pour les carburants. L'essence et le Gazole sont utilisées dans des moteurs à explosion, le plus souvent en bateau, mais jamais dans l'espace. Étant donné que le pétrole ne produit qu'une certaine part d'essence et de gazole, le "crackage" a été étudié et développé pour permettre à la pétrochimie de convertir des éléments lourds (fioul) ou légers (huiles) en essence.
Le kérosène est à part. Obtenu par de longs et couteux processus de distillation, il est beaucoup plus puissant que les autres dérivés, et permet de faire fonctionner des turboréacteurs. Ainsi, certaines formes de kérosène sont utilisées dans l'aérospatiale, principalement pour petits astronefs faisant la navette entre une planète et sa lune.
Production de kérozène annuelle: 4.751 Mbbl (Mega-barils)


Carburants Ferric10L
Gluterstream


Il est extrait des sous-sols des montagnes, car il se forme à partir d'un mélange chimique très acide encore mal identifié au confluent de plusieurs plaques tectoniques, où des réservoirs verticaux atypiques se forment, rendant son extraction très difficile, d'une part car il se trouve dans des zones où le sol est très dur, d'autre part car la gaine de forage doit perpétuellement descendre plus bas pour suivre vers le fond du réservoir. Ultra-lourd et hautement visqueux, le gluterstream est également particulièrement toxique et difficile à manipuler. Les réservoirs qui le contiennent doivent être fait de matériaux résistants à des degrés extrêmement important d'attaque acide et de corrosion, et il va sans dire que le contact de la peau humaine peut, outre augmenter drastiquement les risques de cancer, dissoudre sans difficulté l'épiderme, le derme, et les muscles. Néanmoins, le gluterstream, quand il est injecté dans les moteurs à impulsion, permet de doper les performances de ces derniers; un centilitre de gluterstream vaut près de trois barils de kérosène. Malgré tout, il est impossible de voler en hyperespace avec, et en espace conventionnel, l'utilisation des unités antigravitationnelles le concurrence sérieusement.
Production de Gluterstream annuelle: 1.210 Mbbl


Carburants RTEmagicC_DX_neu_2_web.jpg
Deutérium et Tritium

Le deutérium est présent dans l'océan, en petite quantité. C'est un isotope de l'hydrogène, au même titre que le plus instable Tritium, et est donc rare au profit de l'isotope le plus fréquent, l'H², ou Dihydrogène. Néanmoins, on peut l'obtenir par électrolyse de l'eau en déployant une quantité raisonnable d'énergie. Bien utilisé, cette "eau lourde" peut fournir un carburant peu cher et relativement efficace pour les propulseurs hyperspatiaux, mais sa tendance à fatiguer les moteurs, et la nécessité de se ravitailler régulièrement en orbite de géantes gazeuses riches en H² le rendent relativement peu fiable.
Production de Deutérium annuelle: 984 Gbbl (giga-barril)
Production de Tritium annuelle: 116 Gbbl (giga-barril)

Carburants Vacuum
Hexanox et composés

L'hexanox est le carburant du XXVIIIème siècle. Exploité souvent à proximité ou dans les gisements pétroliers, ainsi que dans les couches moyennes des atmosphères des géants gazeuses, à un coût très important, il forme un liquide aux caractéristiques supraconductives à partir de -75°C, mais est en temps normal transparent et fluide comme de l'eau, quoique beaucoup plus lourd. Ses formidables capacités ont étés découvertes en 2456 par des savants Christianiens travaillant pour le compte de la Statoil; il est issu de réactions chimiques complexes affectant de éléments rares, dont le polonium 210, le bismuth ou encore des hydrocarbures; ce composé, baptisé ethanox, suit ensuite un processus de raffinage très consommateur d'énergie, pour devenir de l'hexanox. L'hexanonx est utilisable dans les moteurs hyperespace des vaisseaux, où il donne un rendement fantastique, mais si l'on poursuit encore le raffinage, on obtient de l'octanox, du décanox ou du dodecanox, qui sont beaucoup plus lourds, mais offrent une puissance relative à la masse encore plus importante, ce qui fait que ces carburants extrêmement coûteux ne peuvent être achetés que par les marines de guerre afin d'optimiser le déplacement de leurs astronefs. Néanmoins, la consommation nécessaire est si faible que l'investissement est largement compensé: pour faire fonctionner les réacteurs à fusion nucléaire d'une pentarême Energya de l'Union, sur le chemin Christiansa-Tsarysyn, il faut moins de 1.5 litres de dodecanox. En proportion, pour le même voyage, on aurait besoin de deux barils de tritium, de cinq de deutérium, de neuf de gluterstream et de huit-cent quarante de kérozène.
Production d'Hexanes (Hexanox, octanox, decanox, dodecanox) annuelle:
3.910 Mbbl
Revenir en haut Aller en bas
 
Carburants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wikimony  :: Ingenieurie & propulsion-
Sauter vers: