L'encylopédie de l'univers d'Hegemony
 
HegemonyAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Cyborgologie

Aller en bas 
AuteurMessage
EKA

avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 03/10/2009

MessageSujet: Cyborgologie   Mar 25 Mai - 15:49

Présentation

La cyborgologie, à ne pas confondre avec la cybernétique, est la science étudiant la greffe d'éléments mécaniques, électronique ou, de manière générale d'éléments usinés ou manufacturés complexe sur des êtres humains ; ainsi que leurs conséquences au niveau psychologique, sociologique et économique (et dans une moindre mesure politique, la discipline de la science politique, plus ancienne, s'étant très tôt intéressée à ce phénomène nouveau). Il s'agit d'un processus de mécanisation de l'individu qui se distingue du sevrage du robot (les deux processus sont en effets opposés, le premier reposant sur une mécanisation d'un être né tandis que le second est une humanisation de la machine).

Les cyborgs, deux branches différentes

La création d'un cyborg ou l'aboutissement d'un processus visant à transformer un humain en un cyborg peut se faire de deux manières différentes. La première, plus aisée à assimiler par le cerveau humain, est la mécanisation progressive du corps par l'ajout d'implants. Cette pratique a cours sur Erikea et sur Solaria. Ce type de cyborgisation, réversible à 70 %, est la plus sûre connue, des erreurs ou le refus d'une greffe est plus aisément rattrapable. La seconde voie, marginalement pratiquée sur Solaria et pratiquée sur Aunadar à l'exclusion de la greffe d'implants consiste à héberger le cerveau dans un corps intégralement artificiel. Les difficultés d'ordre psychologique et physique sont importantes et peuvent déboucher sur des cas de folie, des comportements autodestructeurs voir la mort cérébrale pure et simple de l'individu. Les cas d'inadaptation partielle et de handicaps moteurs sont relativement fréquents.

Les avancées dans plusieurs Etats phares

Trois Etats ont vu le phénomène cyborg se propager dans la société au point de la caractériser des autres groupes humains. Ils s'agit de l'Empire de Solaria, des Etats-Unis d'Erikea et de la République d'Aunadar.

Erikea



Nation: Etats-Unis d'Erikea
Découvreur: Nasirismi Institute of Technology
Première preuve tangible: 2403


Description: La cyborgologie érikeanne se distingue des deux autres sur le plan sociologique mais aussi sur le plan technique.

Le programme de cyborgologie érikean, tout comme sur Solaria, est la conséquence d’un développement robotique et d’une mécanisation des tâches autrement plus importante qu’ailleurs. La particularité de la cyborgolonie érikeanne vient de son développement, au départ lié aux besoins de guerre face à la Fédération Solaire Unie. En effet, les premiers implants érikeans avaient pour but de faciliter la gestion administrative en temps de guerre et la coordination des gigantesques formations de robots de combat bon marché. Par conséquent les premiers cyborgs érikeans furent des officiers supérieurs et de hauts membres de l’administration des Etats-Unis.

Il ne fallut guère de temps pour rendre nécessaire la conversion à l’état de cyborg pour accéder à tout poste important dans l’administration des Etats-Unis ainsi que dans son armée. Ainsi, dès le XXVIème siècle, le statut de cyborg devient un moyen parmi d’autre pour une classe aisée et dirigeante de se démarquer du reste de la société. L’état de cyborg deviendra ensuite, au XXVIième siècle, juridiquement protégé et une condition imprescriptible à l’accession de tout poste à responsabilité dans l’administration ou d’officier de l’armée (seuls postes encore occupés par des humains à cette époque).

D’un point de vue technique la cyborgologie érikeanne mit des siècles a progresser (et en grande partie grâce à la technologie solarienne) à un stade permettant de réaliser des prothèses suffisamment petites pour permettre une insertion invisible à l’oeil nu. Ces dernières restent néanmoins peu puissantes et peu efficaces et accueillent en général des récepteurs et programmes “universels” destinés à faciliter le changement d’implants divers, externes ceux-ci, et très visibles. Dans la mesure où ces implants sont représentatifs du statut social, il est probable qu’ils demeurent visible en dépit d’avancées technologiques et industrielles. Cependant, au regard des boulversements récents sur Erikea, il est possible que deux catégories de cyborgs soient amenées à coexister sur Erikea. La première, la plus ancienne, pourrait à l’avenir tendre à ressembler aux cyborgs solariens afin de conserver sa différence avec une “classe moyenne” émergente.

Aunadar



Nation: Aunadar
Découvreur: Komodo Corp
Première preuve tangible: 2233


Description: Déjà au XXème siècle, l'homme se servait de la Cybernétique organique en tant que prothèse. Ainsi, cela pouvait concerner une hanche ou bien un bras. Au fil des années, les techniques se sont développées et ont permit progressivement de remplacer quasiment toutes les parties du corps humains, exception faites du cerveau. Comme beaucoup s'y attendait, les progrès remarquables fait en la matière intéressèrent l'armée au plus haut point. Celle-ci finança donc un organisme privé afin de produire les premiers cyborgs militaires de la planète : Komodo Corp.

Étant d'abord confrontée à de nombreux échecs, la société parvint à faire un bond en avant suite aux ressent remarquables progrès de la nanotechnologie. Entretemps, l'armée avait abandonné l'entreprise qui put donc évoluer sans contraintes ni directives. Alors, après une trentaine d'années de travaux laborieux, la Komodo Corp parvint à doter un être vivant d'un corps à 69% cybernétique. Le premier véritable cyborg était né.

Bien sûr, le cobaye était sujet à de fréquentes douleurs et mourut seulement trois ans après l'opération, mais cela permit à la société de partir sur des bases saines et avancer sereinement. Au fil des siècles, la Cyborgologie devint de plus en plus avancée et la Komodo Corp put, grâce à de nombreux crédits Aunadarais et d'énormes exemptions d'impôts, être capable de placer un cerveau dans un CCU (Cranial Containment Unit) qui est suffisamment stable pour assurer la protection et la survie du cerveau. Le développement du CCU a permit de développer des corps entièrement cybernétique (ce qu’on savait faire depuis un certain temps) qui puisse accueillir un CCU. Bien entendu, c'est une technologie très couteuse qui demande une maintenant et des mises à jours régulières mais dont les avantages valent vraiment le coup. La survie de l'espèce est assurée par la conservation du cerveau qui permet donc de créer artificiellement des enfants en prélevant les cellules des deux parents et en les combinants.


De nos jours, la Komodo Corp est probablement devenue la première entreprise Aunadaraise. 1% de la population a opté pour cette modification (sur 10% d'améliorés) mais le marché aunadariote semble déjà aujourd'hui saturé de cyborgs et de nombreuses barrières d'ordre psychologiques, morales et éthiques se dressent face à la Komodo, notamment le fait de devoir perdre son corps... En effet, plus qu'une avancée technologique, la cyborgologie ou encore le 'tunning' comme certain l'appelle, est devenu à phénomène de société à part entière. Ainsi, dans un pays où l'on demande d'être ultra-compétant dans un domaine extrèmement précis, les modifications cybernétiques paraissent comme étant le cheminement normal vers l'accomplissement de ce but. Si bien que la Komodo Corp s'est elle aussi spécialisée dans la création d'équipements corporels très précis.

A la base, tous les corps cybernétiques se ressemblent, ils sont plus endurants et plus résistants que les simples corps humains, mais aussi plus forts, plus rapides et généralement, plus beaux. A cela s'ajoute diverses modifications plus personnelles en fonction de la spécialité de chacun. Un corps blindé résistant aux petits calibres, des mains se divisant en une trentaine de doigts permettant de taper plus vite, des disques durs afin d'enregistrer un nombre incalculable de données et ainsi devenir une encyclopédie vivante, des prises externes permettant de se brancher à une arme, un véhicule, un ordinateur ou une exo-armure... Bref, les Aunadarais ne sont généralement limité que par leur imagination. On se souviendra par exemple d'une prostituée s'étant fait installer un utérus modulable et injectant des stimuli sensoriels chez son partenaire...


Cependant, cette technologie comporte encore de nombreux défauts. Ainsi, en plus d'être relativement chers, un corps cybernétique requiert un entretient constant et régulier pour qu'il ne se dégrade pas. De plus, la nanotechnologie ne permet pas encore de régénérer automatiquement une technologie aussi complexe, et la moindre bosse, coupure ou fracture (cela arrive malgré la solidité des corps) demande de se rendre au centre Komodo Corp le plus proche afin d'être réparé. Il fut aussi remarqué au départ que le fait de ne plus avoir besoin de boire, de manger ou bien d'avoir des relations sexuelles entrainaient systématiquement une dépression qui pouvait déboucher sur le suicide du cyborg. Si bien que la Komodo Corp a modifié les corps cybernétique afin de permettre à chaque être de se sentir humain, bien qu'à la base, les cyborgs n'aient plus à se soucier de ces besoins physiologiques.

Enfin, bien que ce ne soit pas obligatoire, il est possible d'installer des capteurs wifi sur son corps afin par exemple de se connecter à internet ou encore d'avoir une conversation 'télépathique' avec un être proche. Cela peut paraître fabuleux et d'ailleurs quasiment tous les cyborgs ont adopté cette technologie, mais comprend un risque non négligeable : celui d'être piraté ! Ainsi, depuis quelques années, de plus en plus de personnes se voient privées de leur corps ou victimes d'illusions, entrant ainsi sous la domination d'un pirate... Heureusement, une police spéciale s'occupe de ce genre d'affaire et est extrèmement efficace en la matière. De plus, les systèmes de contre-mesure et les anti-virus développés sont à présent presque infranchissable. Cependant, il restera toujours un risque.


Comme ce fut exposé plus haut, la Cyborgologie est devenue un véritable phénomène de société. Bien qu'apportant de nombreux avantages, elle amena aussi son lot d'interrogations et de problèmes. Ainsi, de nombreuses écoles philosophiques sont apparut afin de découvrir ce qu'est la condition de cyborg. Les cyborgs ont tous les attributs des êtres humains si l'on met de côté le corps plus fort, résistant et lourd, il ne reste que le cerveau qui soit d'origine. Cela peut amener à douter de sa propre humanité. Finalement, les cyborgs ne savent pas vraiment s'ils sont le stade suivant de l'évolution, ou bien une parodie de ce qu'ils ont essayé de dépasser et de recréer. On remarque aussi que la technologie des cyber-cerveaux, facilitant la connexion entre les individus, accroît un phénomène désignant les deux forces contradictoires qui s'exercent sur tout individu : d'une part, la volonté d'affirmation de soi, d'autre part, la volonté de s'intégrer dans un ensemble plus grand.

Finalement, ces questions ont amené une part de la population à refuser d'adopter ces nouveaux corps. La plupart du temps, c'est par peur de l'inconnu plutôt que par véritable appréhension pour la cyborgologie, mais il existe tout de même quelques extrémistes radicaux rejetant catégoriquement ce phénomène. Il faut dire que les humains n'ont pas la vie facile à Aunadar. En effet, il existe une nouvelle forme de discrimination dans cet état. Par exemple, la plupart des entreprises préféreront employer un cyborg ultra spécialisé plutôt qu'un simple humain, et ce, pour n'importe quelle tâche. Sachant que les travaux subalternes sont gérés par des machines et des robots (fabriqués généralement par l'Union ou les Jadéens), il ne reste plus beaucoup de places pour ceux qui n'acceptent pas cette évolution. Cela a conduit de nombreuses personnes à suivre le mouvement, plus par dépit que véritablement par choix. De nos jours, si l'on fait exceptions des enfants en bas âges (les modifications cybernétiques commencent dès l'âge de 5 ans), seuls les plus pauvres et les extrémistes radicaux sont encore entièrement humains.

Tout cela peut entrainer d'autres soucis d'ordre psychologique et technique. L'adaptation du cerveau sur un corps cybernétique peut connaître des échecs. Ainsi, il est assez fréquent que ceux qui adoptent cette nouvelle forme par dépit et non par véritable choix, rejettent inconsciemment leur nouvelle condition et finissent par mourir. C'est pourquoi la plupart des Aunadarais préfèrent faire subir la greffe à leurs enfants le plus tôt possible, car c'est durant cette période que l'homme est le plus adaptable et réceptif à ce genre de changement.




Nation: Solaria
Découvreur: Le collectif scientifique solarien
Première preuve tangible: 2467


Description: La cyborgologie solarienne apparait en 2467 à la suite d’une long développement robotique lié à l’environnement de la jeune colonie tout au long du XXVième siècle. En effet, le robot, cheville ouvrière des cités souterraines et de la terraformation, se développa très rapidement sur Solaria aussi, très tôt, la robotisation partielle de l’individu fut envisagée par les scientifiques mais également par les autorités, d’abord par des extrémistes eugénistes puis par des modérés.

Le premier cyborg solarien fut Amhed Dahid, crée en 2467. Technicien dans une foreuse géante, Dahid fut à moitié broyé lors d’un incident technique et, transporté au centre de soin, se vit greffer, avec l’accord de sa famille et après avoir été béni par le moufti en personne, des jambes directements greffées sur la moelle épinière ainsi qu’une nouveau bras et plusieurs organes artificiels. Un nouvel oeil lui fut également greffé. La cyborguisation fut un succès, Solaria vit naître son premier cyborg.

Dahid devint rapidement une célébrité et fut pris en exemple par tous les camps favorables ou défavorables à un eugénisme cyborg. Les conversions à la cyborgologie furent rares les premières décennies cependant, l’idée de la coexistence d’humains et de cyborgs fit son chemin et lorsqu’en 2601, les carcars attaquaient Solaria, l’idée de devenir un cyborg était parfaitement accepté par une majorité de la société. 

La Glorieuse Guerre donna un coup de fouet à la cyborgologie solarienne. Plus que des prothèses pour handicapés et blessés de guerre, il s’agissait à présent de créer des soldats à partir de corps saints. La pression sociale et politique sur la population énorme fut aidée par le traumatisme collectif subi. Le développement robotique et cyborg en matière militaire et civil se développa rapidement de 2601 jusqu’à aujourd’hui (2760) et fut également poussé par Erikea, désireuse de technologie en matière, et pouvant se permettre de déléguer la recherche fondamentale à Solaria, après la ratification des traités de Solaris en 2641.

Officiellement, l’on peut encore choisir de devenir cyborg ou non sur Solaria, mais les familles de cyborg, poussent systématiquement leurs enfants à le devenir et ceux-ci bénéficient ou subissent déjà des préparations médicales et psychologiques. Il est depuis un siècle, impossible de devenir militaire sur Solaria sans être cyborg et l’avenir d’un humain biologique à 100% est plutôt sombre.

La cyborgoloie solarienne est parvenue à réduire le risque de refus de greffe à la portion congrue, notamment à l’aide de d’une préparation psychologique en amont de l’opération.

L'entretien du cyborg solarien, grâce à une grande maîtrise de la nanotechnologie, peut être assuré par des fluides semi autonomes produits à partir de centrales directement incorporées dans le corps lui-même s'il a atteint un niveau de cyborguisation suffisant. En d'autres termes, plus l'on est cyborg, plus il est aisé d'assurer son entretien.


Note : L'article sur la cyborgologie aunadaraise a été rédigée par Kim Benkei et intégrée par EKA, l'inspiration de l'univers de Gjost in the Shell de Mamoru Oshii est non négligeable.


Dernière édition par EKA le Mer 19 Jan - 20:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cyborgologie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wikimony  :: Sciences Electroniques-
Sauter vers: